A la une, Agriculture

Fertilisant naturel: l’urine humaine marche mieux avec le fumier bovin et le PNT selon une étude de l’IPR/IFRA

De l’urine mélangée au Fumier bovin (FB) et au Phosphate Naturel de Tilemsi (PNT) a conduit à une augmentation moyenne du coton grain de 238,30 kg. Selon une étude récente faite par des chercheurs maliens.

L’équipe, dirigée par Alou COULIBALY, était composée de quatre chercheurs de l’Institut Polytechniques Rural de Formation et de Recherche Appliquée de Katibougou; de la Faculté des Sciences et Techniques (FST) et de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB). L’étude a été présentée, en 2016, à la 9e conférence Société Malienne des Sciences Appliquées (MSAS). Sous le titre original «Contribution du fumier bovin et du phosphate naturel de Tilemsi à la gestion rationnelle de l’azote de l’urine humaine hygienisée en coton culture dans les conditions écologiques de l’IPR/IFRA de Katibougou ».

Lire aussi – Produits maraîchers cultivés à Bamako: des chercheurs détectent des « métaux lourds et des résidus de pesticides »

Des études antérieures ont démontré que l’urine humaine est un fertilisant très efficace. C’est un engrais liquide à action rapide et riche en azote. Même si elle contient aussi en moindre quantité du phosphore, du potassium, du soufre ainsi que des oligo-éléments. Cependant, sa composition diffère en fonction de l’alimentation de chaque personne. Mais on considère qu’elle contient entre 3 et 7g d’azote par litre, 1 à 1,5g de phosphore et de potassium. L’urine, c’est aussi un engrais économique quand on sait qu’une personne peut produire 500 litres d’urine par an. Ce qui suffit à fertiliser jusqu’à 400m2 de surface cultivable.

La valorisation de l’urine humaine en agriculture est confrontée au problème de l’utilisation rationnelle de son azote. Pour résoudre ce problème, l’équipe d’Alou Coulibaly a conduit des expériences en blocs de Fisher avec 12 traitements en quatre répétitions. Le logiciel STATITCF a été utilisé pour l’analyse de variance et le Test de Newman et Keuils au seuil de 5% pour la comparaison des moyennes. Il ressort que le FB et le PNT améliorent considérablement les conditions d’utilisation de l’azote de l’urine par le cotonnier. Aussi, l’apport combiné de ce excrétas avec le PNT et/ou le FB quel que soit le mode d’apport a favorisé l’augmentation du rendement coton grain et de la teneur de l’azote total dans la biomasse des plants.

Mamadou TOGOLA

Laisser un commentaire