A la une, Santé

FACA: Un médicament qui donne de l’espoir aux malades de drépanocytose au Burkina

La drépanocytose a longtemps été une maladie génétique répandue en Afrique. La plupart des personnes touchées par cette affection souffrent d’une anémie chronique. A l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) de Ouagadougou (Burkina Faso), des chercheurs ont développés un Médicament traditionnel amélioré (MTA) baptisé «FACA».

Qualifiée de «miracle» la nouvelle découverte contre la drépanocytose est issue de l’association de deux plantes locales à savoir: le Faca et le calotropis. Il a été découvert au cours d’une étude pilotée par Dr Pierre Guissou de l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) de Ouagadougou.

«En cas de drépanocytose, les globules rouges ne sont plus normaux, ils prennent la forme d’un arc et ne peuvent plus transporter l’oxygène dont l’individu a besoin», explique Dr Guissou. Quand le malade n’a pas d’oxygène, il meurt car ces tissus vont souffrir. Selon Dr Guissou,  ce nouveau médicament empêche le globule rouge de prendre la forme de faucille (comme la lune).

Commercialisé dans une boite de couleur vert blanc, le Faca est composé de 100 gélules. Ce nouveau médicament empêche aussi, selon les chercheurs, tout ce qui est inflation, notamment gonflements de pieds. Le produit est déjà disponible sur le marché Burkinabè. Son efficacité a été démontrée dans le laboratoire de chimie de l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé de Ouagadougou. Très efficace, « le Faca est capable de prendre en charge toutes les manifestations cliniques de la drépanocytose », assurent les chercheurs.

En 2014, les recettes du nouveau produit ont atteint 22 millions de FCFA. Pour l’heure, l’Institut de recherche en Sciences de la Santé (IRSS) continue ses recherches sur l’hypertension, le diabète ou encore le paludisme,  des maladies qu’ils considèrent prioritaire au Burkina Faso.

@Hadjiratou_Maïga

Laisser un commentaire