A la une, Economie, Environnement, Innovation

Energie: ANADEB trouve une alternative sérieuse au charbon de bois et au gaz butane

L’Agence nationale de Développement du Biocarburant (ANADEB), s’apprête à lancer son nouveau réchaud à l’éthanol. Il permettra de réduire la pression sur le massif forestier en offrant une alternative au charbon de bois.

Le centre du réchaud contient un réceptacle ovale avec du coton spécialement conçu pour absorber l’éthanol liquide. Le coton laisse échapper le gaz d’éthanol inflammable qui produit la chaleur pour la cuisson. Le réchaud possède comme les bonbonnes de gaz classique un mécanisme de régulation de la chaleur. Madani Diallo, chef du département de la promotion du biocarburant fonde beaucoup d’espoir sur le produit. « Nous prévoyons d’en distribuer 20 000 en 2018 essentiellement dans les zones urbaines, indique-t-il. Car nos études ont montré que la population urbaine reste la première consommatrice d’énergie issue du bois».

Lire aussi: Biocarburants: 6 millions de tonnes d’éthanol et 808 500 litres d’huile de Pourghère produits en 2016

Un appareil rechargeable tout comme la bonbonne de gaz

L’ANADEB élabore par ailleurs une solution pour rendre accessible l’éthanol dans les centres urbains pour l’approvisionnement des réchauds à éthanol. Pour y parvenir, notre interlocuteur affirme qu’un protocole d’accord est en cours signature avec l’usine SUKALA S.A dont la production annuelle d’éthanol est estimée à 150 millions de litre. L’éthanol, faut-il le rappeler, est l’alcool obtenu à partir du détritus résultant transformation de la canne à sucre en sucre raffinée). Il est depuis quelque année l’un des biocarburants les plus utilisés dans la production d’énergie propre au Mali. D’ailleurs le parc automobile de l’ANADEB roule à l’éthanol.

Réchaud à éthanol de l’ANADEB

Dans le mécanisme du réchauffement climatique, le Mali est considérée comme un puits carbone à cause de sa forêt. Pourtant, le massif forestier malien baisse de façon drastique. Car, il constitue l’essentiel des sources d’énergies pour la population. Selon la Direction Nationale des eaux et forêts, la consommation annuelle de bois au Mali s’élevait à quelques 65 millions de tonnes en 2009. La toute nouvelle trouvaille de l’Agence nationale de Développement du Biocarburant est un espoir dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Abdoulaye Alfadi Sidibé

Laisser un commentaire