A la une, Santé

Elimination du paludisme: Novartis s’engage à investir 100 millions de dollars dans la recherche et le développement d’antipaludiques

A l’origine de cet engagement de Novartis, une nouvelle étude menée en Afrique qui montre que les objectifs d’élimination du paludisme d’ici 2030 risquent de ne pas être atteints. Aussi, les experts réclament plus d’investissements dans les outils innovants de prévention et de traitement du paludisme.

Dans un communiqué publié le 17 avril dernier, le groupe pharmaceutique Suisse annonce un engagement de cinq ans en vue de combattre le paludisme. Un programme conjoint à la 7e Initiative multilatérale sur le paludisme (MIM) et au sommet sur le paludisme des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM). Aussi, Novartis annonce le lancement d’une nouvelle étude africaine avec Elimination 8 et le programme KEMRI-Wellcome Trust sur la progression et les défis à relever en vue d’atteindre les objectifs d’élimination du paludisme.

Selon le Rapport MalaFA 2017 sur le paludisme, dans le monde, 216 millions de cas de paludisme ont été recensés en 2016, contre 211 millions en 2015. Le nombre de décès dus au paludisme était de 445 000 en 2016 contre 438 000 en 2015. 90 % des cas de paludisme et plus de 90 % des décès qui en découlent se concentrent en Afrique subsaharienne et les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement à risque. C’est pourquoi dans son communiqué Novartis s’engage aussi à augmenter en outre l’accès aux antipaludiques pédiatriques et mettra en œuvre des programmes de renforcement des systèmes de santé dans 4 pays subsahariens.

‘’La résistance aux traitements représente la plus grande menace dans la lutte contre le paludisme’’, Vas Narasimhan, CEO de Novartis

Dans le communiqué, l’entreprise précise que son engagement inclut l’accès élargi aux antipaludiques pédiatriques et la mise en œuvre de programmes de développement de capacités destinés à réduire, d’au moins 90% d’ici à 2030, la mortalité infantile liée au paludisme. «La résistance aux traitements représente la plus grande menace pour les progrès incroyables qui ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme au cours des 20 dernières années», indique Vas Narasimhan, CEO de Novartis. «Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre; c’est pourquoi nous nous engageons à faire progresser la recherche et le développement de nouvelles générations de traitements», poursuit Vas Narasimhan, dans le communiqué.

Par rapport aux nouvelles générations de médicaments, Novartis veut développer un traitement pour combattre la résistance émergente à l’artémisinine et à d’autres antipaludiques actuellement utilisés. L’entreprise mettra également en place une stratégie de prix équitables visant à maximiser l’accès des patients dans les pays où le paludisme est endémique lorsque ces nouveaux traitements deviendront disponibles.

@mamadou_togola

Mamadou TOGOLA est journaliste depuis janvier 2012. Il a fait ses débuts au Canard Déchaîné, à l’époque un quotidien. Après cinq ans d'expérience, Il rejoint le Journal Scientifique et Technique du Mali (jstm.org) où il occupe le poste de Rédacteur en Chef. Il écrit également pour le site ww.maliweb.net. Mamadou TOGOLA est titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Laisser un commentaire