A la une, Bien-être, LES BREVES

Eau glacée: plaisir éphémère, danger réel

En ces temps estivaux, le thermomètre affiche des records. Au Mali, beaucoup de personnes, choisissent ce moment, pour s’adonner à la consommation de l’eau glacée. Pourtant, des connaissances asiatiques millénaires déconseillent cette manière de réhydratation. La médecine traditionnelle Chinoise (MTC) rapporte que l’eau fraiche en période de chaleur, a des effets néfastes sur les organes de l’appareil digestif.

Selon les principes de la médecine traditionnelle Chinoise, le fait de boire de l’eau glacée comporte des risques pour la santé. Cette médecine recommande la consommation de l’eau chaude, bénéfique pour l’organisme. La température normale du corps humain, indique la médecine traditionnelle chinoise, est de 37° Celsius. Une fois donc de l’eau froide consommée, l’organisme dépense beaucoup d’énergies pour permettre au corps de retrouver sa température normale. Cette température, nécessaire pour bien digérer les aliments, change après la consommation de l’eau fraîche.

Ainsi, selon la MTC, l’organisme humain considère l’eau froide comme une agression. Une fois en contact avec l’eau glacée, l’organisme cherche à s’en débarrasser plus tôt que prévu. Ce rejet prématuré constitue une réelle perte en vitamine.

Des systèmes de santé historique comme celui des Chinois et des Indiens ont depuis toujours recommandé la consommation de l’eau chaude pour des raisons de santé. De nos jours, des scientifiques et des chercheurs soutiennent cette théorie. Dr Susan E. Brown, anthropologue de la santé et nutritionniste certifiée du Colorado State University, a déclaré que « boire de l’eau froide avec un repas peut avoir des effets néfaste sur le processus digestif ». L’eau froide a des conséquences sur l’organisme humain notamment sur l’appareil digestif y compris l’estomac.

A défaut de boire de l’eau chaude comme le recommandent certaines institutions médicales traditionnelles notamment l’Ayurvéda, «Science de la vie», en Sanskrit (langue Indienne), il serait judicieux, dans le cas du Mali, de boire une eau tiède.

Omar Sissoko

Laisser un commentaire