A la une, Agriculture, LES BREVES

E-vouchers: Numériser la délivrance des intrants agricoles au Mali

La Banque mondiale a publié, ce mercredi 12 juin, la septième édition du Bilan économique AFCW3 (Afrique Occidentale et Centrale), intitulée « Numériser l’agriculture : résultats des programmes de délivrance de bons électroniques au Mali, au Niger et en Guinée». C’était au cours d’une conférence de presse synchronisée entre plusieurs capitales africaines.

Deux outils novateurs pour le développement régional ont été présentés par les experts de la Banque mondiale. Il s’agit d’abord du système de «bons électroniques ou e-vouchers» pour la délivrance de subventions agricoles en Guinée, au Mali et au Niger. Les journalistes ont aussi eu droit à la présentation des expériences pilotes du suivi itératif des bénéficiaires (IBM) dans ces trois pays et au Tchad.

Présenté par Amadou Ba, économiste agricole principal du projet, e-vouchers est composé d’une plate-forme numérique pour les messages SMS, une base de données d’agriculteurs enregistrés électroniquement dans des régions ciblées et un répertoire des distributeurs d’intrants agricoles. Basé, en ce qui concerne le Mali, au Comité National de la Recherche Agricole (CNRA), le système de bons électroniques permet d’envoyer un message à un agriculteur et à l’inviter à se rendre chez un distributeur pour se procurer de l’engrais.

Selon Yaya Traoré, Responsable technique du projet e-Vouchers au Mali, le système fonctionne à la manière du « mobile money » ; il s’agit, précise Traoré, des intrants subventionnés, soit totalement soit partiellement. Dans ce dernier cas, l’agriculteur paie 25% de la valeur réelle des intrants qui lui sont octroyés. Les engrais et les semences sont certifiés par les experts de la Banque mondiale. .

Dans le rapport «Numériser l’agriculture : résultats des programmes de délivrance de bons électroniques », les experts ont formulé des recommandations. Il s’agit entre autres de: définir les objectifs du programme et mieux cibler  les bénéficiaires; utiliser la technologie NFC pour éliminer l’analphabétisme et les obstacles à l’accès au téléphone; la participation du secteur privé au programme; diversifier le contenu des  kits de  bons électroniques en  ajoutant des  semences améliorées et des  services de vulgarisation électronique.

Mamadou TOGOLA

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire