A la une, Technologie

Des scientifiques ont créé le GraphCrete, un nouveau matériau associant le béton et le graphène !

Nos villes sont aujourd’hui de véritables jungles urbaines dans lesquelles le béton est omniprésent. Des scientifiques britanniques ont mis au point un béton plus solide et flexible en utilisant du graphène !

Le béton est un mélange d’eau et de ciment, et force est de constater que le béton armé, matériau composant presque l’intégralité des constructions citadines, est moins flexible que le bois et moins solide que l’acier brut. Afin d’y remédier, des chercheurs de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni) ont mis au point une toute nouvelle technique de production de béton renforcé, comme l’explique un article de Digital Trends publié le 24 avril 2018.

 Selon Monica Craciun, professeure en nanosciences et principale auteure des recherches, l’utilisation de ce matériau pourrait «contribuer à une réduction significative des émissions de carbone grâce à une résistance et une durabilité améliorées».

Baptisé GraphCrete, cette technique intègre dans la production de béton un matériau jugé révolutionnaire depuis quelques temps déjà : le graphène. Celui-ci fait l’objet de nombreuses recherches et innovations ! Le graphène pourrait fournir une énergie propre et illimitée, permettre d’installer des réseaux 5G, mettre au point une batterie qui se rechargerait en seulement 15 minutes ou encore rendre Internet jusqu’à 10 000 fois plus rapide.

La nouvelle technique de production de béton GraphCrete intègre le graphène car celui-ci est doté d’une résistance à l’eau exceptionnelle et d’une longévité impressionnante, ce qui rend ce matériau plus respectueux en matière d’empreinte carbone. Ainsi, ce béton pourrait être particulièrement utile dans les zones d’habitations en proie aux inondations. D’une manière générale, il est question d’améliorer significativement  la durabilité des constructions en ville.

Rappelons également que le domaine du BTP est source de pollution, et cette innovation pourrait bel et bien intéresser les pays du G20 dans leur recherche de solutions afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

sciencepost

Laisser un commentaire