A la une, Santé

Crise cardiaque : voici pourquoi le taux de mortalité est plus élevé chez les femmes

Des chercheurs allemands ont constaté une hausse de la mortalité au cours des 365 premiers jours après une crise cardiaque chez la femme par rapport aux hommes. En cause, des facteurs sociaux et psychologiques. 

Le taux de mortalité des femmes qui survivent à un infarctus du myocarde est plus élevé que celui des hommes. La différence est-elle liée au sexe, à l’âge, aux facteurs de risque, aux traitements ? Pour répondre à cette question, des chercheurs de l’université technique de Munich, en Allemagne, ont comparé les données d’un groupe de 3 840 patients (994 femmes et 2 846 hommes) suivis pendant une durée de cinq années après leur crise cardiaque.

« Si nous considérons la période d’étude complète, il n’y a pas de grandes différences entre les hommes et les femmes dans l’analyse de facteurs comme l’âge, les conditions qui l’accompagnent et le type de traitement », explique Romy Ubrich, co-auteur de l’étude publiée par la revue PLOS One. « Mais nous avons été surpris par les données des 365 premiers jours après la crise cardiaque: pendant cette période, les femmes étaient 1,54 fois plus susceptibles de mourir que les hommes. »

Lire aussi: La qualité du sperme se détériore dans les pays occidentaux (rapport)

Des attentes plus importantes

Cette différence, expliquent les chercheurs, ne peut pas être expliquée par l’âge, les facteurs de risque cardiovasculaire, ni par le traitement. D’autres aspects, cliniques, psychologiques et sociaux, doivent être pris en compte. « Dans la vie de tous les jours, les femmes sont souvent confrontées à des attentes différentes de celles des hommes après une crise cardiaque. On s’attend à ce qu’elles recommencent à fonctionner plus tôt, ce qui signifie qu’elles sont soumises à des contraintes plus importantes. Un autre facteur important est la prévalence des états dépressifs », rapporte Romu Ubrich.

Les scientifiques appellent les professionnels de santé à suivre de façon intensive les femmes ayant souffert d’une crise cardiaque pendant l’année suivant l’accident.

santemagazine.fr

Laisser un commentaire