A la une, Santé

Consommation du margouillat : quels effets chez l’homme ?

De son nom scientifique « agama agama », le margouillat est beaucoup prisé par les jeunes dont l’âge oscille entre 8 et 14 ans, voire plus. Une étude menée par des chercheurs africains révèle que le margouillat est le vecteur de six espèces parasitaires.

«Comme tout animal, le margouillat peut apporter des éléments protéiniques à l’individu qui en consomme. Cependant il contient un réservoir de bactéries et de virus qu’il ne faut pas ignorer » souligne  Dr Abdallah Traoré du Laboratoire Central Vétérinaire du Mali (LCV).  L’agama agama est l’une des espèces du genre Agama. La plus couramment rencontrée en Afrique subsaharienne. Le margouillat mesure entre 28 à 40 cm et a une durée de vie qui part de 5 à 10 ans.

Selon une étude parue en 2007, le margouillat est le vecteur de nombreux protozoaires et helminthes. En effet, sur 310 spécimens prélevés par les chercheurs, quatre espèces de nématodes, une espèce de cestode et une espèce de trématode ont été retrouvées sur l’animal. La prévalence la plus élevée concernait les nématodes, en particulier Strongyluris brevicaudata (82,3% d’infection). « Les margouillats mâles adultes étaient plus parasités que les femelles », ajoute Dr Amadou OUMANI de la Faculté d’Agronomie et des Sciences de l’Environnement (Univesité Dan Dicko Dankoulodo de Maradi).

Lire aussi -Bamako: 87,5% des poulets de chair contiennent des bactéries à l’origine de la fièvre typhoïde

Au Mali, la traque et la consommation des margouillats sont des pratiques quasi culturelles pratiquées par les gamins et qui leur permettent non seulement de raffermir les liens d’amitié et de fraternité mais aussi d’acquérir une dextérité aux tirs et quelques notions de chasse. De l’avis de quelques adultes, aucun fils originaire du Mali et ayant fait l’enfance au village, ne peut prétendre n’avoir pas chassé ou consommé du margouillat. Cependant, bien qu’étant une pratique culturelle, la consommation du margouillat peut provoquer une inflammation localisée et des infections intestinales chez l’homme.

@Mardochée BOLI

Laisser un commentaire