A la une, Agriculture, Innovation

Conservation durable de pommes de terre : des chercheurs de l’IPR présentent une case avec « ventilation solaire»

Conserver durablement la pomme de terre pour diminuer les taux de pourriture et ainsi augmenter la marge brute du producteur, voici le but pour lequel une équipe de chercheurs du Centre d’Innovation Verte (CIV) de l’Institut Polytechnique Rural de Katibougou, a mis en place une case de conservation de pommes de terre avec ventilation. La maquette de la case a été présentée au cours de la journée «porte ouverte des innovations», tenue le jeudi 22 novembre, dans l’enceinte de l’institut.

Aujourd’hui, il est possible de conserver la pomme de terre au Mali pendant six mois. Selon les chercheurs, cette durée peut varier en fonction de la variété et des conditions de production de la pomme de terre. La variété qui se conserve le mieux et résiste plus ou moins aux attaques virologiques et bactériologiques est la Claostar. Une variété beaucoup cultivée à l’IPR de Katibougou.

Autrefois, explique Dr Pefoungo Konaté, l’un des inventeurs de la case,  le producteur était obligé de vendre à vil prix ses pommes au risque de perdre sa production parce qu’il ne pouvait pas la conserver pendant longtemps. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Car avec la nouvelle technologie élaborée, les chercheurs rassurent les paysans. «Ces derniers pourront désormais faire de gros revenus», affirme Dr Pefongo Konaté du Centre d’Innovation Verte, un centre financé par la coopération allemande (GIZ).

lire aussi – Pomme de terre au Mali: la recherche «in vitro» pour booster la production nationale

Il existe, selon Dr Pefoungo Konaté, plusieurs types de cases de conservation. On a des cases de conservation traditionnelle ou des cases améliorées. «Notre innovation a été de rafraîchir de l’intérieur avec de l’énergie renouvelable afin de prolonger la durée de conservation» explique le chercheur, en sa qualité de chef d’équipe du projet.

Dr Pefoungo KONATE

Les outils de fabrication 

Pour la conception de la case de conservation de pommes de terre avec ventilation solaire, les chercheurs utilisent le banco (la boue de terre d’argile) pour le bâtiment, et le toit se fait soit en dalle, soit avec de la tôle. Il y a plus d’avantages à utiliser la dalle que la tôle. Car, la dalle absorbe moins de chaleur que la tôle. «Pour une réalisation faite avec la tôle, nous ajoutons toujours un extracteur de chaleur», expose Pefoungo Konaté.

lire aussi – Ladji Faïnké, un entrepreneur agricole malien

L’une des conditions sine qua non à la bonne conservation est de stocker les pommes de terre dans des casiers afin de faciliter le passage de l’air. La première case a été faite sur une superficie de 70 m² pour une conservation de 30 tonnes de pommes de terre. Son coût global s’élevait à environ deux millions de francs CFA.

 

Mardochée BOLI, envoyé spécial à Katibougou

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants.

Laisser un commentaire