A la une, Environnement

Comment la climatisation a impacté nos sociétés ?

Les effets positifs ressentis grâce à la climatisation ne sont aujourd’hui plus à prouver. Dans la majorité des pays dits “développés”, elle est présente dans toutes les habitations, les lieux de travail, les voitures… La “clim” est devenue “indispensable” et améliore significativement la qualité de vie en intérieur, particulièrement l’été. Mais si aujourd’hui on considère la climatisation comme devenue banale, la maîtrise du froid a impacté nos sociétés en profondeur en changeant nos modes de vies.

Pourquoi la climatisation est-elle aussi importante

Il y a environ 300 000 ans, l’Homme réalise sa première innovation majeure: la maîtrise du feu. Mais ce n’est qu’au tout début du 20ème qu’il réussit l’effet inverse: la maîtrise du froid. Et les conséquences sur nos sociétés sont toutes aussi importantes. Les origines de la climatisation remonte en 1902 à New York où un directeur d’imprimerie déplore la déformation de son papier pendant les périodes de chaleur. Un ingénieur, Willis Carrier, planche sur la question et propose à l’imprimerie une machine capable de déshumidifier l’air et dans le même temps de le refroidir. Cet ingénieur crée sa société qu’il nommera de manière éponyme, l’entreprise Carrier (qui emploie aujourd’hui 50.000 personnes dans le monde), et décide de vendre sa machine à d’autres industries. Face à des industriels réfractaires qui ne voient pas d’inconvénient aux chaleurs des usines, de nombreuses études sont réalisées pour montrer que la productivité des employés augmente de 24% dans une pièce où est installé un climatiseur (source : Smithsonian Institution).

La démocratisation de la climatisation aux Etats-Unis se déroulera à partir des années 1960. Cette année-là, 10% des ménages sont équipés d’un système de refroidissement, en 2000 90% le sont.

Et a posteriori, on peut analyser que beaucoup d’épiphénomènes peuvent être corrélés au développement des climatiseurs. Les Américains restent plus à la maison ce qui favorise le développement de la télévision, les stades connaissent également une baisse de fréquentation, mais plus étonnant encore cette innovation influe sur la démographie des États-Unis. Entre 1931 et 1970 les statisticiens sont habitués à une baisse de natalité entre les mois de mars et de mai, donc 9 mois après les périodes de fortes chaleurs. Les climatiseurs ont lissé la courbe de natalité et non seulement on recense plus de naissance mais la mortalité, en particulier chez les personnes âgées, baisse durant les canicules (source : IZA Institute).

Harvard publie une étude où l’université fait le lien entre la démocratisation de la climatisation et le pourcentage de la population américaine vivant dans la “Sun Belt”,  région du sud des Etats-Unis.

Le développement de villes, comme Miami ou Las Vegas, est un parfait exemple, cette dernière tout particulièrement n’aurait jamais pu voir le jour sans cette innovation.

Certains, comme le politologue Nelson Polsby, attribuent même en partie l’élection du Président Ronald Reagan à la climatisation ! Dans son livre “How Congress Evolves: Social Bases of Institutional Change” il explique que les températures plus accueillantes dans le sud grâce aux climatiseurs ont permis une migration d’une population âgée et aisée venant prendre leur retraite. Cette population votant majoritairement pour le Parti Républicain, des Etats-clés comme l’Arizona, la Floride ou le Texas majoritairement démocrates sont ainsi passés à droite.

Le paysage urbain et l’architecture en général ont également changé. les maisons surélevées avec les portes en enfilade pour créer un courant d’air laissent la place à des tours en verre qui ne sont possibles uniquement grâce à la climatisation.

Mais vivre au frais n’est pas sans risque

Pour fonctionner, les climatiseurs utilisent des substances toxiques qui abîment également la couche d’ozone. Il est toujours important de rappeler que des climatiseurs qui ne sont pas entretenus développent des nids de bactéries et champignons que l’air soufflé projette dans la pièce.

Mais plus grave encore c’est le constat énergétique lié à leur utilisation. En effet ils sont devenus indispensables au bon fonctionnement de notre vie quotidienne puisque l’on les trouve dans nos habitats mais aussi dans l’industrie pour refroidir les machines. Ils sont également indispensables à Internet pour refroidir les nombreux serveurs. Ces climatiseurs recrachent de l’air chaud. Tellement, qu’ils seraient responsables d’une hausse de la température de 2°C la nuit dans la ville de Phoenix (source : Yale Environnement), cela provoque une réaction en chaîne, plus de chaleur à l’extérieur induit plus de clim et donc plus de chaleur à l’extérieur etc… Un vrai problème d’urbanisme auquel sont confrontées bon nombre de villes.

Aux Etats-Unis, l’énergie dédiée aux climatiseurs équivaut à la consommation énergétique totale de l’Afrique. Rappelons également que ce pays utilise à 62% le charbon ou le gaz, gros émetteur de CO2, pour produire de l’électricité. 6% de la production d’électricité aux Etats-Unis est dédiée à la climatisation, et celle-ci représente 20% de la facture résidentielle.

Et cette tendance n’est pas prête de ralentir, les ventes explosent dans les pays émergents, comme en Chine en Inde ou en Indonésie. Aujourd’hui, c’est 10 climatiseurs par seconde qui sont vendus dans le monde A cela il faut ajouter l’utilisation dans les voitures, c’est 35 milliards de litres de pétrole par an nécessaires uniquement pour la climatisation, et ce, rien que pour les Etats-Unis.

La maîtrise du froid participe, à bien des égards, à réchauffer notre planète.

fournisseur-energie.com

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire