A la une, Environnement

Climat: Seyni Nafo gravit une nouvelle marche

A 36 ans, Seyni Nafo vient de prendre les rênes du Conseil d’administration de l’Initiative de l’Afrique sur les énergies renouvelables (IAER). Un projet de l’Union Africaine «pour accélérer et augmenter la domestication des énergies renouvelables sur le continent».

«Dix (10) GW d’électricité à partir des énergies renouvelables d’ici 2020. Et 30 fois plus, en 2030». C’est l’une des missions du nouveau directeur «par intérim», comme il le précise lui-même. A ce poste, Seyni Nafo assure l’intérim d’un autre malien, Dr Youba Sokona qui a rendu sa démission « frustré » pour plusieurs raisons.

Ambassadeur climat pour le Mali, conseiller spécial du Chef de l’Etat sur le climat et président du groupe des négociateurs africains pour le Climat et anciennement porte-parole de l’Afrique à la COP21, les codes des négociations sur le climat n’ont plus aucun secret pour l’ancien trader. Alix Mazounie du Réseau Action Climat le définit comme «un animal politique avec une vraie capacité à négocier avec les pays développés et à les pousser à faire plus pour l’Afrique».

Lire aussi: Seyni Nafo, disert du Sahel

A ce poste où il vient d’être confirmé par le président Alpha Condé, président en exerce de l’Union  Africaine, Seyni Nafo a de lourdes responsabilités. Mais plus que tout, sa première mission est de rassembler. La polémique à l’origine du départ de son prédécesseur est encore dans les esprits. Les 200  associations des 54 pays du continent qui accusent l’Europe de détourner le programme IAER, à son profit, sont plus que jamais sur le pied de guerre. Gageons qu’avec son expérience de négociateur, Seyni Nafo saura s’accommoder.

@mamadou_togola

Laisser un commentaire