A la une, Bien-être

Cannabis médical : quels sont ses bienfaits sur la santé ?

Alors qu’à Annœullin, au sud de Lille, des commerçants vendent depuis quelques semaines du cannabis thérapeutique, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé hier jeudi 24 mai que le cannabis thérapeutique « pourrait arriver en France ». Mais quels sont ses bienfaits sur la santé ? Le point sur les recherches en cours.

À Annœullin, au sud de Lille, des commerçants vendent depuis quelques semaines du cannabis thérapeutique. Les produits à base de marijuana qu’ils proposent (infusions, liquides pour vapoteuse ou huiles) n’ont aucun effet psychotrope. Ils ne contiennent pas de THC, la molécule qui fait du cannabis une drogue. « Nos produits n’ont aucun effet psychoactif et il n’y a pas d’addiction. En revanche, le CBD, ou cannabidiol, a des effets très bénéfiques sur des pathologies comme l’arthrose », explique au Parisien Eloïse Masselot. De fait, sa boutique ne désemplit pas.

Le point sur la recherche

Alors que la ministre de la Santé a annoncé que le cannabis thérapeutique « pourrait arriver en France », faisons le point sur la recherche en la matière. Une récente étude publiée dans The European Journal of Internal Medicine a démontré que le cannabis thérapeutique serait effectivement probant pour soigner les douleurs chez les personnes âgées. 901 patients de plus de 65 ans ont participé à cette recherche. Tous souffraient de douleurs liées soit au cancer, à la maladie de Parkinson, au stress post-traumatique, à une colite ulcéreuse (maladie inflammatoire de l’intestin), ou encore à la maladie de Crohn.

Après six mois de traitement à base de cannabis thérapeutique, plus de 93% des participants ont déclaré que leur douleur avait diminué de 4 à 8 points sur une échelle allant de 1 à 10. Plus de 70% des patients ont affirmé qu’ils ressentaient une amélioration globale de leur état.

Les données scientifique manquent

Hormis cette étude, les données scientifique manquent. Aux Etats-Unis, où l’usage du cannabis thérapeutique est autorisé dans certains Etats, près de la moitié des oncologues parlent de la consommation de marijuana à des fins thérapeutiques à leurs patients sans être suffisamment informés sur le sujet, selon une nouvelle étude publiée dans le Journal of Clinical Oncology. 80% des oncologues interrogés ont déclaré avoir déjà abordé la question du cannabis thérapeutique avec leurs patients, mais moins de 30% d’entre eux ont estimé avoir suffisamment de données scientifiques pour faire de telles recommandations.

« Les preuves scientifiques appuyant l’utilisation de la marijuana médicale en oncologie sont encore très minces, ce qui place les médecins dans une position très inconfortable », rappelle le docteur Ilana Braun, du Dana-Farber Institute of Adult Psychosocial Oncology. Jusqu’à présent, aucun essai clinique randomisé ne s’est penché sur les effets de la marijuana médicale chez les patients atteints de cancer, en dehors de ses effets sur les nausées, de sorte que les oncologues ne se fient qu’aux recherches sur l’utilisation du cannabis à des fins médicales dans le traitement de maladies autres que le cancer.

Lancer le débat

Forte de ses informations, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a estimé que « la France a pris du retard au sujet des recherches sur le cannabis médical. Il n’y a aucune raison d’exclure le cannabis pour traiter ces douleurs. Ça pourrait arriver en France », jeudi 24 mai sur France Inter.

Elle a affirmé qu’elle avait lancé « le débat » avec les institutions responsables du développement des médicaments. « J’ai demandé aux différentes institutions qui évaluent les médicaments de me faire remonter l’état des connaissances sur le sujet, parce qu’il n’y a aucune raison d’exclure, sous prétexte que c’est du cannabis, une molécule qui peut être intéressante pour le traitement de certaines douleurs très invalidantes », a-t-elle expliqué. Et de poursuivre : « Je ne peux pas vous dire à quelle vitesse nous allons le développer mais en tous les cas, j’ouvre le débat avec les institutions responsables de ce développement ».

Le caractère « inéthique » de l’interdiction du cannabis dans un contexte thérapeutique

De fait, la ministre de la Santé ne fait qu’officialiser un débat déjà ouvert au sein de l’Hexagone. Cette annonce intervient après la saisine récente d’une patiente sur le caractère « inéthique » de l’interdiction du cannabis dans un contexte thérapeutique. Le Comité ethique et cancer devrait aussi bientôt examiner cette question. Actuellement en France, un seul médicament cannabinoïde possède une autorisation de mise sur le marché : le Sativex, recommandé contre la spasticité et la sclérose en plaques.

Le dronabinol et le cannabidiol, utilisés pour des patients atteints de douleurs neuropathiques réfractaires aux traitements classiques ou des épilepsies, sont accessibles, mais seulement avec une autorisation temporaire nominative (procédure permettant de mettre à disposition de certains patients un médicament n’ayant pas d’autorisation de mise sur le marché et ne faisant pas l’objet d’un essai clinique dans cette indication).

pourquoidocteur.fr

Laisser un commentaire