A la une, LES BREVES, Santé

Calvitie : des solutions pour les femmes aussi

Le traitement de référence reste le minoxidil qui donne des résultats au bout de plusieurs mois.

La calvitie est moins fréquente chez les femmes et se présente plutôt par une perte diffuse des cheveux qui conduit très rarement à une calvitie complète. Plus rare, la calvitie est plus difficile à vivre pour les femmes, notamment dans une société où la chevelure est un élément de séduction important. «Il est important de ne pas attendre trop longtemps, afin d’intervenir lorsque les follicules ont encore la capacité de produire des cheveux», rappelle le Pr Dubreuil, chirurgien et professeur à l’université Claude-Bernard, à Lyon.

Comme chez l’homme, cette alopécie diffuse est le plus souvent liée à un facteur temporaire: stress, maladie, trouble de la thyroïde ou du sang, carence en nutriments liée à un régime inadapté ou encore affection cutanée.

Des facteurs hormonaux peuvent jouer un rôle important: puberté, changement ou arrêt de pilule contraceptive, péri-ménopause sont autant d’événements qui peuvent provoquer une chute de cheveux. Il arrive ainsi qu’un taux élevé d’androgènes provoque une alopécie chez la femme. Dans ce cas, comme chez l’homme, les cheveux deviennent de plus en plus fins et finissent par ne plus repousser. En dehors de ces causes probables, des facteurs génétiques sont largement en jeu et observer sa propre mère peut indiquer une évolution probable.

Une étude en cours

Lors de la première consultation, le médecin sera donc amené à effectuer une série d’examens pour identifier ces éventuels problèmes sous-jacents et les traiter avant de proposer un traitement de l’alopécie elle-même. Le traitement de référence est le minoxidil à 2 %, à appliquer directement à la base du cuir chevelu deux fois par jour.

«Il faut faire bien attention à ne pas l’appliquer ailleurs, notamment sur le visage, car il favorise la pousse de poils ou de duvet», précise le Dr Reygagne, directeur du centre Sabouraud, à Paris, qui recrute actuellement des femmes pour une étude sur un nouveau produit.

«Il vaut mieux éviter de l’appliquer moins d’une heure avant le coucher pour éviter que le produit ne se dépose sur l’oreiller et donc peut-être sur les joues pendant la nuit.» Le médecin sera souvent amené à prescrire également des compléments nutritionnels qui favorisent la repousse de cheveux sains.

Il n’existe pas d’autre médicament pour l’alopécie de la femme car le finastéride, qui agit sur le métabolisme de la testostérone, n’a aucun effet sur leur organisme. Le minoxidil donne des résultats au bout de plusieurs mois, après la chute initiale des cheveux sur les zones traitées sur lesquelles peuvent ensuite repousser des cheveux régénérés.

Ce traitement, non remboursé par la Sécurité sociale, doit être maintenu en continu pour éviter la reprise de la chute des cheveux. Son coût n’est donc pas négligeable, même si des versions génériques ont désormais réduit le prix du médicament.

Les traitements chirurgicaux offrent une alternative intéressante pour un résultat plus durable mais à un coût très élevé, atteignant au moins 2500 euros. De nombreuses femmes optent donc pour les perruques qui peuvent, pour celles qui les acceptent le mieux, offrir une grande diversité de styles impossibles à obtenir avec leur chevelure initiale…

lefigaro.fr

Laisser un commentaire