A la une, Agriculture

BONBON NI: l’engrais granulé de l’IFDC

«Bonbon ni», ainsi baptisé par les paysans maliens, est de l’engrais granulé. Il utilise une technique de  fertilisation agricole introduite dans notre pays par le Centre International pour la fertilité des sols et le développement agricole (IFDC).

Au total, la technique est en expérimentation dans 113 communes à travers le Mali. Dans les régions de Sikasso, Ségou, Mopti ou encore à Tombouctou. Quinze (15) machines de production de l’engrais «bonbon ni» sont installées et tournent en plein régime. Des machines acquises par les paysans eux-mêmes, sans subvention. C’est le fruit d’un projet de l’IFDC appelé Projet de diffusion à grande échelle des technologies de placement profond des engrais et de la micro-dose (FDP MD). Un projet triennal financé par l’USAID qui prend fin cette année.

Le placement profond d’engrais consiste à placer un granule d’engrais compacté entre 4 plants de riz de 7 à 10 cm de profondeur, sept jours après le repiquage, explique Cheick Mamadou Diarra, le nouveau coordinateur du projet FDP MD. L’engrais utilisé peut être de l’urée, du NPK ou du DAP. Au Mali, le placement se fait essentiellement à la main. Un fait qui pourra bientôt changer car, l’IFDC travaille à la création d’un applicateur accessible aux paysans maliens.

Une machine de production de l’engrais granulé

Les avantages d’une innovation agricole du futur

Avec l’ancienne méthode de l’épandage à la volée, les paysans et les animaux sont exposés à l’empoissonnement. Car, en cas de pluie, l’eau de ruissellement emporte de l’engrais jeté dans les puits et les étangs dans lesquels hommes et bétails s’abreuvent. Cette crainte est oubliée avec «Bonbon ni».

De plus, sur le plan économique, l’avènement de l’engrais granulé a été une bonne affaire. Aussi bien pour les paysans que pour les propriétaires de machine. Ainsi, les propriétaires de machine facturent la granulation d’une tonne d’urée à 35 000 FCFA. Après de deux d’activité, avec une moyenne annuelle de granulation de 60 tonnes, la plupart des propriétaires de machines recouvrent leur investissement initial.

Mamadou TOGOLA

Lire aussi: 7 bonnes raisons pour adopter l’engrais granulé ‘’Bonbon ni’’

Laisser un commentaire