Environnement

Biocarburants: 6 millions de tonnes d’éthanol et 808 500 litres d’huile de Pourghère produits en 2016

Il y a presque dix ans, l’Etat malien a pris le train du développement des biocarburants. Après un début difficile, le secteur émerge. Surtout depuis l’adoption de la Stratégie Nationale du Développement des Biocarburants, sous la houlette de l’Agence Nationale du Développement des Biocarburants (ANADEB).

Le pourghère et la canne à sucre, deux filières sur lesquelles les autorités maliennes entendent s’appuyer pour relever le défi du développement des biocarburants. En 2016, 80 pépinières de pourghère ont été dénombrées dans les régions de Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso et Mopti. Quelque 20 000 producteurs, regroupés dans deux cents Organisations Paysannes et quatre fédérations, revendiquent la plantation de 67 730ha de pourghère. Pendant la campagne 2015-2016, 4042 tonnes de graine de pourghère ont été produites pour 808 500 litres d’huile de pourghère recueillis.

A côté du pourghère, le Mali dispose en ce moment d’un stock de 6 millions de tonnes d’alcool. Aussi appelé éthanol, l’alcool est essentiellement produit par N-Sukala, une société chinoise de production du sucre. A eux seuls, ces deux produits constituent le fer de lance de la production des biocarburants au Mali. Dans un entretien qu’il nous a accordé Seydou Diakité, Directeur général adjoint de l’ANADEB, regrette que

Seulement 10% de la production totale des biocarburants sont utilisés à des fins énergétiques. Le reste sert, à des groupements de femmes, dans la fabrication de savons et d’autres produits.

On ne peut mieux faire pour l’instant, explique-t-il. Car, l’usine de production de biodiesel à Koulikoro est à l’arrêt suite à un problème technique.

Créée par Ordonnance n°09-006/P-RM du 04 mars 2009, l’Agence Nationale du Développement des Biocarburants (ANADEB) est un Etablissement public Administratif (EPA). Dans le cadre de la promotion des biocarburants, elle a, entre autres tâches, la contribution à la définition des normes en matière de biocarburant ; veiller à la disponibilité des biocarburants sur le marché ; définir les mécanismes de tarification et participer à l’élaboration des prix.

Mamadou Mariko

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis le Red Chef du Journal Scientifique et Technique du Mali. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire