Environnement

Bamako: les motos, première cause de pollution de l’air

Des chercheurs de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) se sont penchés sur la pollution de l’air dans la ville de Bamako. Il ressort que la première cause de la dégradation de la qualité de l’air reste les engins à deux roues. Loin devant les véhicules.

«Une moto deux-temps pollue beaucoup plus qu’une voiture quel que soit son âge», conclut l’étude portant sur plusieurs véhicules et des motos. De 2002 à 2013, les chercheurs ont mesuré la teneur en oxydes de carbone dégagé par la circulation pour «vérifier la corrélation entre le nombre de véhicules et la quantité de monoxyde de carbone (CO) et du dioxyde de carbone (CO2) rejetée dans l’atmosphère».

De 9,60 t de rejet de dioxyde de carbone en 2006, la teneur moyenne de l’ensemble du parc de Bamako est passée à 30, 8 t en 2013. Le trio de chercheurs, composé de Bakary Coulibaly, Cheick O Sanogo et Lamissa Diabaté, a démontré que l’émission de 177 287 véhicules (diesel, essence) était de 12 858 Kg de dioxyde de carbone. Au même moment 130 000 motos ont émis 18 018 kg de CO2.

Au terme de l’étude, publiée dans la Revue malienne de Science et de Technologie d’octobre 2014, on constate une hausse de 8,5% des émissions d’oxydes de carbone par rapport à 2006. La cause, selon les chercheurs, est la croissance des engins, estimée à plus 10% par an. Aussi, la teneur en soufre, particulièrement élevée, du carburant importé au Mali est à l’origine de la dégradation de l’air dans notre capitale.

 

Aly Bocoum

 

Laisser un commentaire