A la une, LES BREVES, Santé, SANTE | MÉDECINE

Anémie par carence en vitamine B12: Une étude révèle des particularités au Mali

Une étude réalisée par l’hématologue Dr Yacouba Diallo et son équipe, a fait ressortir divers paramètres cliniques et biologiques de l’anémie par carence en vitamine B12. De 2005 à 2012, les chercheurs ont étudié 79 cas d’anémie dont 52 souffraient de l’anémie par carence en vitamine B12.

«Particularités cliniques et hématologiques de l’anémie par carence en vitamine B12 dans un hôpital de dernier recours au Mali ». C’est l’étude menée par une équipe de onze (11) médecins maliens. Elle a été publiée dans la Revue malienne de pathologies thrombotiques et hémorragiques (REMAPATH).

Selon l’étude, l’anémie par carence en vitamine B12 est une pathologie qui se présente sous différentes formes. Et, au début de leur recherche, la maladie était peu étudiée en Afrique noire. « Pour confirmer la maladie chez un patient, il nous fallait principalement montrer que le taux de vitamine B12 chez le malade est inférieur à 200 picogrammes par millilitre (pg/ml) », explique Dr Yacouba Diallo, hématologue à l’Hôpital du Mali.

L’anémie, par carence en vitamine B12, a des origines multiples et variées. Mais les plus fréquentes sont la maladie de Biermer et celles liées à une anomalie de non dissociation de la vitamine B12 de sa protéine transporteuse (la transcobalamine II). En effet, le diagnostic d’une carence en vitamine B12 est biologique et est définie par un taux sérique de vitamine B12 inférieur à 200 pg/ml et l’augmentation de l’homocystéine. Pourtant, avant 2005, le Mali n’avait pas accès au dosage de la vitamine B12. « C’est à l’arrivée de quelques laboratoires privés en 2005, explique Yacouba Diallo, que le dosage sérique de la vitamine fut appliqué par la technique ELISA (Enzyme Linked ImmonuSorbent Assay) dans notre activité de routine ».

«L’anémie par carence en vitamine B12 n’est pas rare au Mali » précisent les médecins. De 2005 à 2012, 52 cas d’anémie par carence en vitamine B12 ont été retenus soit une moyenne de recrutement de huit (8) cas par an. Dans ces quatre dernières années, Dr Yacouba Diallo explique qu’à l’Hôpital du Mali, ce sont vingt (20) cas qui ont été enregistrés de 2015 à 2019.

Pendant l’étude, l’examen clinique a présenté une pâleur cutanée et muqueuse chez 35 patients et la mélanodermie (pigmentation excessive de la peau et des muqueuses) chez 24 autres. Hormis ces premières particularités, plusieurs signes neurologiques ont été détectés chez  27 patients. Parmi ces signes détaillent l’étude, on cite : la paresthésie (trouble de la sensibilité se traduisant par des sensations de fourmillements ou de brulures), des crampes, des troubles des fonctions supérieures et des troubles de l’équilibre. En outre, 2 cas d’hypertension artérielle et 1 cas de consommation excessive de thé ont été retrouvés au cours de la recherche d’antécédents personnels expliquant la carence en vitamine B12.

Avec toutes les particularités de l’anémie par carence en vitamine B12, le traitement repose sur l’administration de vitamine B12 sous forme de cyanocobalamine ou d’hydroxocobalamine. Et la posologie moyenne varie entre 200 et 1000 microgrammes (µg) administrée selon plusieurs schémas.

«Toutes ces caractéristiques cliniques et hématologiques particulières de l’anémie par carence en vitamine B12 doivent être connues des praticiens en vue d’améliorer sa prise en charge au Mali », conseille l’hématologue, Dr Yacouba Diallo.

Djénéba Koné|JSTM.ORG

NB: Interdiction de reprendre cet article sans l’autorisation écrite du JSTM

Laisser un commentaire