Santé

ANÉMIE : L’hinokitiol, la molécule qui met le fer où nécessaire

Sans fer, la vie même ne serait pas possible, expliquent ces chercheurs de l’Hôpital pour enfants de Boston. En effet, le fer est très impliqué dans le transport de l’oxygène dans le sang, les processus métaboliques clés et la réplication de l’ADN.

Pourtant, plus d’1,5 milliards d’êtres humains en souffrent dans le monde : la carence en fer est avec le manque de vitamine B12 ou B9, la principale cause d’anémie, c’est-à-dire de baisse anormale du taux d’hémoglobine dans le sang. Cette étude pourrait conduire à de nouvelles thérapies pour l’anémie et d’autres troubles liés au fer: elle révèle, dans la revue Science, une petite molécule trouvée naturellement dans les feuilles de cyprès japonaises, l’hinokitiol, capable de traiter l’anémie, ici chez l’animal.

La carence en fer peut entraîner une baisse anormale du taux d’hémoglobine, qui présente dans les globules rouges leur permet d’alimenter les organes du corps en oxygène. Ainsi, le diagnostic de l’anémie est posé lorsque ce taux est inférieur 13 g/dl chez l’homme et 12 g/dl chez la femme adulte. Les symptômes de l’anémie peuvent être sévères et comprennent l’essoufflement, l’accélération du rythme cardiaque, la fatigue chronique.

L’anémie ferriprive peut être contrée par un régime alimentaire riche en fer. Cependant, pour des raisons d’observance, de nombreuses personnes se verront prescrire une supplémentation en fer. Ces nouveaux résultats rapportés dans une équipe de l’Université de l’Illinois, du Centre Dana-Farber (Boston), l’Hôpital Brigham et Women’s pourraient avoir une incidence sur une série de troubles liés au fer, allant de l’anémie ferriprive à la surcharge hépatique en fer.

Une petite molécule trouvée naturellement dans l’extrait de feuilles de cyprès japonais, l’hinokitiol, se montre capable d’inverser la carence ou la surcharge en fer chez l’animal, ici sur le poisson-zèbre. Ici, les chercheurs observent chez le poisson zèbre que l’hinokitiol peut lier et transporter du fer à l’intérieur ou à l’extérieur des membranes cellulaires aux sites où il est le plus nécessaire. Si les protéines de transport du fer sont absentes, le fer ne peut pas traverser les membranes cellulaires et pénétrer à l’intérieur des mitochondries des cellules, ce qui bloque une étape essentielle de la production d’hémoglobine.

D’un autre côté, si trop de fer s’accumule dans les cellules, la surcharge en fer peut causer des lésions tissulaires, des dommages à l’ADN et des dysfonctionnements organiques mortels au cœur, foie et au pancréas. Or l’équipe constate que les molécules d’hinokitiol peuvent se lier à des atomes de fer et les déplacer à travers les membranes cellulaires et entre les mitochondries, et même en l’absence des protéines qui assument normalement ces fonctions. L’hinokitiol se combine avec du fer et le transborde dans, à l’intérieur ou à l’extérieur des cellules et des mitochondries là où le fer est nécessaire.

santelog.com

Titulaire d'un diplôme de formation en alternance de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, je suis passionné par les sujets scientifiques. Contactez-moi par mail: mamadou.togola@jstm.org

Laisser un commentaire